Œuvres ouvertes

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Julien Gracq a disparu le 22 décembre 2007.
La scène telle qu’elle est rapportée a lieu un 14 décembre 2005 : "Gracq reçoit ma visite de Noël en tenue d’hiver : casquette, robe de chambre et pantoufles. Je le trouve un peu congestionné. Mais il tient encore bon et marche ses deux kilomètres par jour ; au besoin, quand le temps est mauvais, comme ce matin, en allers et retours dans son couloir. Monotone ? "Non, je réfléchis, je travaille mes mots..." [1]
A lire sur Oeuvres ouvertes, un texte d’hommage (...)

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Bien dire, justement dire, est un geste de l’âme.
Roger Munser.
Certaines oeuvres, il vous semble qu’elles ont été écrites pour vous. Ce n’est pas de l’impertinence c’est la démarche naturelle de toute lecture qui, dégagée de ce souci de représen­tation qu’impose presque nécessairement le travail universitaire ou critique, rencontre un texte dont elle perçoit immédiate­ment, dans une sorte d’évidence, qu’il correspond exactement à ce qu’il convenait de dire. Dès que survient cet événement, s’instaure (...)