Œuvres ouvertes

Pays inconnu (46)

un voyage en morceaux

Ainsi cette femme avait-elle choisi de se fondre à l’œuvre qu’elle exposait, ainsi avait-elle choisi de se couvrir le corps de tissus semblables aux flux du tableau dans l’espoir de disparaître en eux, les cheveux également partis et associés aux lignes fluctuantes, alors qu’on s’attendait tout de même à ce qu’elle pousse sa parfaite conscience artistique jusqu’à se faire tatouer les motifs et les flux du tableau sur le corps, caméléon humain enfin. Le photographe un peu déçu, tout de même, d’être venu un jour trop tôt.

© Laurent Margantin _ 28 juillet 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)