Œuvres ouvertes

Le Main de sable : cimetière

Elle passait chaque jour dans la rue du château, tirée par son chien. Puis elle tournait à droite, montait jusqu’ à l’église et continuait son chemin vers le cimetière. Là, elle rendait visite à ceux et celles qui étaient partis avant elle, qu’elle connaissait à peine en vérité, mais qui avaient habité le village. Elle enlevait les fleurs fanées des tombes, arrosait les plantes, nettoyait.
Ses journées étaient rythmées par ses visites aux morts. Comme le chien tirait toujours, les allers et retours (...)

Elle passait chaque jour dans la rue du château, tirée par son chien. Puis elle tournait à droite, montait jusqu’ à l’église et continuait son chemin vers le cimetière. Là, elle rendait visite à ceux et celles qui étaient partis avant elle, qu’elle connaissait à peine en vérité, mais qui avaient habité le village. Elle enlevait les fleurs fanées des tombes, arrosait les plantes, nettoyait.

Ses journées étaient rythmées par ses visites aux morts. Comme le chien tirait toujours, les allers et retours prenaient des allures de course, plus rapide encore lorsqu’ elle descendait la rue principale.

Au moment des décès, il lui arrivait d’écrire aux héritiers. Une lettre de condoléances à l’écriture et l’orthographe peu assurées, où elle signalait également que des chaussures ou vêtements de la morte pouvaient l’intéresser. Sans le dire, et sans que les héritiers pussent s’en douter, il s’agissait pour elle d’une manière de traitement pour les services qu’elle rendait au cimetière, à des familles qui étaient souvent loin du village.
La femme du cimetière avec son chien pressé passait évidemment pour une folle. Son allure et son visage barré par une paire de lunettes aux verres très épais pouvaient conforter la rumeur. Mais sa tendresse, qui la voyait ?

© Laurent Margantin _ 1er février 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)