Éditions Œuvres ouvertes

C’est un beau numéro qui fait de l’effet

...

C’est un beau numéro qui fait de l’effet, c’est la course que nous appelons la Chevauchée des rêves. Nous le faisons depuis déjà des années, celui qui l’a inventé est mort il y a longtemps de la tuberculose, mais ce qu’il nous a laissé en héritage est resté, et nous n’avons encore aucune raison de déprogrammer la Chevauchée, d’autant moins qu’elle ne peut être imitée par nos concurrents, elle est, même si c’est incompréhensible à première vue, inimitable. Nous avons pour habitude de la placer à la fin de la première partie de notre spectacle, elle ne conviendrait pas comme dernier numéro de la soirée, ce n’est rien d’éblouissant, rien de somptueux, ce n’est pas un numéro dont on parlerait en rentrant chez soi, le dernier numéro doit rester inoubliable même chez les esprits les plus grossiers, ce doit être quelque chose qui sauve la soirée toute entière de l’oubli, et ce n’est pas le cas de cette Chevauchée, en revanche elle convient

Première mise en ligne le 15 janvier 2012

© Franz Kafka _ 12 octobre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)