Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

J’ai toujours eu un certain soupçon à mon encontre

...

J’ai toujours eu un certain soupçon à mon encontre. Mais cela n’apparaissait qu’ici et là, de manière temporaire, entre de longues pauses qui suffisaient pour oublier. En outre il s’agissait de futilités qui se produisaient certainement chez d’autres que moi, et n’avaient aucune signification sérieuse, comme par exemple le fait de s’étonner de son propre visage dans le miroir, ou du reflet de son occiput ou de tout son corps lorsque, marchant dans une rue, on passe tout à coup devant un miroir.

Première mise en ligne le 16 janvier 2012

© Franz Kafka _ 12 octobre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)