Œuvres ouvertes

En attendant Giovanna

...

Mercredi 15 février

Comme je pense qu’aujourd’hui on vous parlera plus du petit cyclone de crapulerie qui se reforme en mode hexagonal...

Pensées pour les voisins malgaches.

Mardi 14 février

"c’est la première fois que Tana est frappé par un tel cyclone"

Lundi 13 février, 19 h 30

Arrivée de Giovanna ce soir à Madagascar, dans la région de Toamasina. Des vents approchant les 250 km/h.

Ici, forte houle tout au long de la journée, et des averses, qui permettent d’imaginer un tout petit peu ce que ce doit être à Madagascar en ce moment.

Lundi 13 février, 12 h

Le cyclone est parti vers Madagascar, soufflant et arrosant derrière lui, vents forts ici ce matin. La solitude dans laquelle on se trouve lors de telles expériences. Tous ceux avec lesquels on correspond quotidiennement ont disparu, on a beau les lire en ligne, on ne les entend plus. Leur existence de fantôme, ou la sienne propre, devenue fantomatique. Un cyclone intérieur fait le ménage, laisse de l’espace.

Dimanche 12 février, 22 h

Le cyclone s’est rapproché (à 300 kilomètres des côtes réunionnaises), après une journée plutôt calme le vent s’est renforcé et cogne contre les fenêtres, on annonce de fortes averses pour cette nuit.

Dimanche 12 février, 10 h 30

Levé à 7 h. Vive lumière dehors, plus vive qu’à l’accoutumée.

Une heure plus tard, je traverse Saint Denis pour aller au bord de mer, lis le journal et le livre de Calasso sur Baudelaire au café habituel. En face la police qui arrête des voitures pour les contrôler, sur la promenade des badauds qui fixent l’horizon. Un peu de vent, de la houle, cela devrait se renforcer dans les prochaines heures.

Etrange paix.

Samedi 11 février, 20 h 45

Après avoir traduit un court fragment des cahiers de Kafka, je lis les derniers bulletins météo et en explore les subtilités :

Giovanna baptisée par les services météorologiques mauriciens jeudi 9 au soir se déplace sur une trajectoire globalement orientée à l’ouest-sud-ouest en "surfant" la dorsale... la trajectoire devrait incurver sa trajectoire un peu plus au sud-ouest sous l’influence d’un thalweg qui se situe en altitude (donc non visible sur le carte de surface ci-dessus)...

Ce thalweg devrait attirer Giovanna pendant environ 24 heures avant de se décaler vers l’est et de laisser la place à un anticyclone en altitude qui va alors "repousser" Giovanna vers le nord-ouest puis la "supporter" en lui donnant une trajectoire orientée à l’ouest... la trajectoire résultante aurait alors la forme d’un V un peu aplati certes mais ce serait bien un V...

Et plus loin (dernières heures) :

Giovanna a perdu un peu de sa vigueur et s’est affaibli sous l’effet d’un cycle de l’oeil qui est en cours... ce phénomène amène le cyclone à "se refaire" un oeil qui en général est plus large après... à la suite d’un tel cycle le système se réintensifie en général au-delà de ce qu’il était avant le cycle... donc il se pourrait que Giovanna connaisse un regain d’intensité dès le cycle de l’oeil terminé c’est à dire à priori dans la nuit...

Dans l’immédiat, c’est l’île Maurice qui semble la plus menacée... Giovanna pourrait passer au plus près de ses côtes entre 300 et 350 km dans la nuit à venir au stade de Cyclone Tropical voire un peu plus si l’intensification reprend assez rapidement...
Ca va se jouer à pas grand chose et c’est ce pas grand chose qui pourrait faire la différence... en effet, vu l’extension du système même si l’île Maurice ne devrait pas connaître de réelles conditions cycloniques, à quelques dizaines de kilomètres prés, les pluies et les vents seront plus ou moins forts...

L’île de la Réunion devrait voir Giovanna passer plus loin (entre 350 et 400 km) dans la soirée de dimanche MAIS à une stade certainement plus puissant si un nouveau cycle de l’oeil ne démarre pas avant...

Je me prends à rêver de ces cycles de l’oeil...

Samedi 11 février, 20 h 15

Chaleur intense dehors, mais les rafales de vent annoncées ne sont pas encore là. Passé l’après-midi à l’intérieur, au frais avec la clim, mise en ligne de cette lecture du livre de Roberto Calasso sur les Carnets d’Outre-Web, L’espace est approfondi par le Web.

Je rentre la table, les chaises, la planche à repasser et tout ce qui se trouve sur la varangue, par crainte des vents qui risquent de souffler cette nuit. Jamais ressenti cette chaleur dehors depuis que je suis ici, il doit faire dans les 35 degrés et la nuit est tombée.

C’est demain en milieu d’après-midi que Giovanna devrait passer le plus près des côtes réunionnaises, à 360 kilomètres (distance suffisante pour qu’on en ressente les effets, notamment vents et fortes pluies). Je pense surtout à Madagascar où passera forcément ce cyclone devenu intense.

Samedi 11 février, 14 h 15

J’ai fait hier la connaissance de Giovanna. C’est un système dépressionnaire situé au Nord-Est des Mascareignes (archipel de l’Océan indien comprenant trois îles principales : la Réunion, Maurice et Rodrigues), pour le moment à 590 kilomètres des côtes de la Réunion (il était hier soir à 950 kilomètres). C’est le neuvième système dépressionnaire de la saison, il s’est renforcé ces dernières heures et est passé au stade de "cyclone tropical intense". Il se déplace vers le Sud-Sud-Ouest à 15 km/h.

Voici la trajectoire qu’il devrait suivre.

Il semble que Giovanna passera à quelques centaines de kilomètres au nord de la Réunion, où l’on est tout de même passé en pré-alerte cyclonique : la trajectoire peut évoluer dans les prochaines heures, et même si elle ne change pas, on annonce une forte houle en fin d’après-midi et de violentes rafales de vent pendant la nuit, ainsi que des averses assez intenses pour les prochains jours.

Ce n’est pas notre première tempête tropicale ici à la Réunion. Jusqu’à présent, les cyclones qui se sont formés dans l’Océan indien et qui sont arrivés dans les Mascareignes sont toujours passés au large de la Réunion, souvent par le nord, pour continuer leur chemin vers Madagascar, traversé en diagonale par ces cyclones qui finissent ou se relancent dans le Canal du Mozambique. Chaque année ou presque, des régions entières de Madagascar sont ravagées par un cyclone.

A dix heures ce matin, ruée des Réunionnais dans les supermarchés : chacun s’approvisionne en eau, en bougies, en conserves, au cas où le cyclone viendrait vers nous. Alors, plusieurs jours pourraient passer sans eau ni électrité. Tout le monde attend désormais si la trajectoire annoncée sera la bonne, ou si Giovanna passera par ici (dernier cyclone à la Réunion : Gamède en 2007, juste avant mon arrivée sur l’île).

Ce midi, un vent chaud s’est levé dans le nord de l’île.

© Laurent Margantin _ 16 février 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)