Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal (2)

extraits

Ne pas oublier Kropotkine !

La sexualité éclatée des femmes. Leur impureté naturelle.

Tout est chimère, la famille, le bureau, les amis, la rue, tout est chimère, et chimère plus ou moins lointaine, la femme.

Mais la vérité la plus proche, c’est que tu te cognes la tête contre le mur d’une cellule sans porte ni fenêtre

La solide délimitation des corps humains est horrible.

Sans ancêtres, sans mariage, sans descendants, avec un violent désir d’ancêtres, de mariage, de descendants.

Hésitation devant la naissance. Ma vie est hésitation devant la naissance.

On ignore complètement les intentions des personnes qui marchent vite le soir dans une petite ville.

Beaucoup de chansons dans la gare de Lindau la nuit.

La démesure du monde, cela console, semble n’être que numérique.

Il n’y a pas d’avoir, juste un être, juste un être qui aspire au dernier souffle, à l’asphyxie.

Impression que me font les paysans : ce sont des nobles qui se sont réfugiés dans l’agriculture. De vrais citoyens de la terre.

Dans la paix, tu n’avances pas. Dans la guerre, tu perds ton sang jusqu’à la dernière goutte.

L’éducation condidérée comme un complot fomenté par les adultes.

Qu’est-ce que tu es ? Misérable, voilà ce que je suis. J’ai deux planchettes vissées sur les tempes.

Le présent est fantomatique, je ne suis pas assis à une table, je voltige tout autour. Rien, rien.

Il y a encore en moi un peu de judaïsme tenace, saut qu’en général c’est l’adversaire qu’il soutient.

Infini pouvoir d’attraction de la Russie.

Créateur seulement dans l’art de me torturer moi-même.

Les difficultés que j’ai à parler aux gens viennent de ce que le contenu de ma conscience est absolument nébuleux.

Personne ne consentira jamais à rester couché avec moi dans les brumes.

F remet à l’heure ma montre qui avance d’une heure et demie depuis trois mois.

Je ne devrais réfléchir qu’à ce problème : comment se fait-il que quelqu’un ait même le désir de me toucher du petit doigt ?

Quand on reconnaît très intensément ses limites, on doit voler en éclats.

Le Talmud lui-même dit : "Un homme sans femme n’est pas une créature humaine".

Avec un corps pareil, on ne peut obtenir aucun résultat.

Qu’ai-je de commun avec les Juifs ? C’est à peine si j’ai quelque chose de commun avec moi-même.

Creux comme une coquille sur la plage, prête à être écrasée d’un coup de pied.


Lisant le Journal de Kafka avec à côté la traduction de Marthe Robert, je sélectionne quelques morceaux que j’envoie sur le compte Twitter @kafkawelt sans noter la date

© Franz Kafka _ 23 février 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)