Œuvres ouvertes

On ne peut pas mener les gens en bateau indéfiniment

Samedi 26 août, trente-deuxième chapitre de 2006

Samedi 26 août 2006
Chili. Une petite manifestation de pingouins, mille qui marchent sur le Palais présidentiel de La Moneda, à Santiago du Chili, affrontements, 123 jeunes arrêtés. D’autres cortèges dans plusieurs communes de l’agglomération capitale « et dans les provinces de La Serena (centre-nord) et Temuco (sud) ». Ils exigent « que le Conseil assesseur présidentiel pour l’Éducation, formé en juin dernier et qui élabore des propositions pour une nouvelle loi éducative, accélère son travail ».
On ne peut pas mener les gens en bateau indéfiniment, surtout s’ils sont organisés, surtout si les consciences anciennes et nouvelles, les nouveaux venus et les expérimentés, se sont retrouvés au coude à coude et continuent de se voir, de se parler, de défaire ensemble les mots qui veulent travestir les faits.


Chapitre précédent : Les routes qui conduisent vers le Sud-Liban sont encombrées
Chapitre suivant : Nous, sous le ciel immense
Lire la présentation et revenir au sommaire.

© Laurent Grisel _ 26 avril 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)