Œuvres ouvertes

Journal de Bayerisch Gmain (3)

...

Bayerisch-Gmain est situé à deux cents mètres de la frontière avec l’Autriche. De l’autre côté, il y a Großgmain, dont on aperçoit les maisons. Plus de barrières évidemment, il suffit de longer à pied la route qui traverse Bayerisch-Gmain et on y est en quelques minutes.

Il y a deux ans, revenant de Salzbourg avec U, nous traversons Großgmain, et elle m’indique une maison où a vécu Thomas Bernhard avec sa famille. Je n’en crois pas mes oreilles : je suis justement en train de lire Bernhard, notamment Maîtres anciens, et connaissant mal sa biographie, je le situais plus à l’intérieur de l’Autriche, dans sa ferme d’Ohlsdorf où il a longtemps vécu et travaillé.

Depuis, j’ai lu les écrits autobiographiques de Bernhard, et j’ai découvert qu’enfant et adolescent il n’a cessé d’errer dans la région, qu’’il a connu les champs et les villages auxquels je reviens aujourd’hui, que je suis donc, ici, à Bayerisch-Gmain, en terre bernhardienne.

© Laurent Margantin _ 20 juin 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)