Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

De la victime nul n’a le droit de se réclamer

traduction de Fernand Cambon

Toujours et encore, nous devons nous désirer, nous penser, nous fonder, nous-mêmes et tout ce que nous faisons ; la vie, telle que nous la vivons depuis des millénaires, n’est rien d’évident ; des locutions anciennes telles que “ vie sauve ”, “ grâce ”, “ délivrance ” signalent dès le début un colossal manque d’évidence. Tous ces mots doivent disparaître. Ici, il n’est plus question de sauver, de gracier, d’habiliter, de reconnaître, etc. ; quand, ici, on ne le fera plus – alors, ce sera l’aurore.

C’est bien pour cela qu’il ne doit plus y avoir de victimes (de victimes humaines), d’humains comme victimes, parce que l’être humain dont on a fait une victime ne mène à rien. Ce n’est pas vrai que les victimes mettent en demeure, attestent, portent témoignage de quelque chose ; c’est là l’une des poétisations les plus terrifiantes et les plus irréfléchies, l’une des plus faibles.

Mais l’homme qui n’est pas victime est dans la pénombre, il est l’existence de pénombre par excellence ; même celui qui est presque devenu victime poursuit son chemin avec ses erreurs, en commet de nouvelles, il n’est pas “ dans la vérité ”, il n’est pas privilégié. De la victime nul n’a le droit de se réclamer. C’est abuser. Aucun pays ni aucun groupe, aucune idée n’a le droit de se réclamer de ses morts.
Mais difficulté que d’exprimer cela. Parfois, je sens très nettement l’une ou l’autre vérité se lever, et je sens comment elle est ensuite écrasée dans ma tête par d’autres pensées, ou bien je la sens dépérir parce que je ne sais qu’en faire, parce qu’elle est impossible à communiquer, que je ne sais pas la communiquer ou que, justement, rien n’exige une telle communication, que je n’arrive à aborder nulle part, ni auprès de personne avec elle.

© Ingeborg Bachmann _ 7 juillet 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)