Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Nuit de Sindelfingen (5)

...

Les chariots tu n’avais plus besoin de les voir venir,
tu connaissais le circuit par cœur, tu en reconnaissais chaque automatisme, chaque secousse, chaque bruit, chaque sifflement à l’oreille,
comme si le circuit électronique était déjà une part de toi-même,
comme si tu l’avais intégré dans ta conscience,
il suffisait d’un léger choc électrique à quelques mètres pour que tu te lèves en remettant tes gants, prêt à décharger et charger les chariots qui approchaient,
le Croate se traînant, Salvatore arrachant une nouvelle page des magazines porno qu’il devait consommer en grandes quantités car il en avait toujours avec lui,
il lui arrivait de trotter derrière un chariot en faisant claquer ses savates pour finir d’accrocher une de ces pages,
Salvatore, Salvatore que tu revois dans le virage que prenait le chariot, juste un bref instant, une silhouette qui s’évanouit bien vite.

Avec moi il y eut Alex aussi, un Allemand d’une vingtaine d’années,
bien baraqué mais qui à cause de son torse et de ses bras trop lourds peinait au début, trimbalait maladroitement les structures mécaniques des sièges d’un chariot à l’autre, souffrant du dos,
il y eut des heures et des heures où lui aussi se traîna et souffla, maudissant les chariots,
il y eut des heures et des heures où il ne parla pas, profitant de chaque répit pour se jeter sur sa bouteille d’eau,
puis il s’habitua, devint une bonne machine à son tour, machine tout de même capable de bavarder et de plaisanter tout en machinant,
ô ces heures ces jours ces semaines passés au premier étage de ce bâtiment sans fenêtre, de jour comme de nuit éclairé par des lampes électriques tandis que tu déchargeais et chargeais les chariots alors qu’au bout du bâtiment les monteurs assemblaient les sièges,
ô ces heures que tu passas aux côtés du Croate, de Salvatore ou d’Alex observant en silence comment ils machinaient, comment toi-même tu machinais, ouvrant, claquant la grille des chariots,
ô ces heures au cœur de l’usine à oublier souvent que tu machinais, car quand tu commençais à six heures du matin ou quand il était six heures du soir en hiver tu n’étais pas encore ou plus vraiment éveillé, tu avançais dans une longue galerie qui n’avait pas de commencement ni de fin, tu creusais ta galerie au-dedans, comme guidé, happé même par les rythmes du circuit électronique, tu machinais au-dedans je ne sais quoi, comme chargé en secret d’une tâche obscure, d’une tâche pour laquelle tu n’étais pas payé,
tu n’étais pas éveillé lorsque tu machinais ainsi, tu étais dans un état de conscience inférieur peut-être, les lumières électriques au plafond, les gestes machiniques des collègues autour et le circuit des chariots t’avaient transporté dans une zone inconnue,
et tu commençais à l’explorer cette zone, oui, tu commençais tout juste, ce n’était que les premières semaines au cœur de l’usine, dans la nuit de Sindelfingen.

Suite

PNG - 1.1 Mo
© Laurent Margantin _ 18 décembre 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)