Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Aux îles Kerguelen

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Aux îles Kerguelen

brève présentation et sommaire complet

31/03/2013 - J’achève aujourd’hui le récit intitulé Aux îles Kerguelen, blogbook composé de 120 morceaux (86 textes, 26 photos, 3 vidéos, 5 cartes). J’avais tenté quelque chose de similaire avec Grabschke : un ensemble clos avec un début et une fin, un texte qui puisse se lire en ligne en continu (d’où le fait que je le conçois comme un livre numérique à part entière dès lors qu’on le lit sur tablette).

Voici le sommaire complet d’Aux îles Kerguelen :

- Y a-t-il encore des voyageurs ?

- A bord des scientifiques

- La première nuit a été houleuse

- L’homme qui a rêvé du voyage

- Nette amélioration de la météo

- Escale à l’île de la Possession

- Ce matin, nous avons longé l’île de l’Est

- Stéphanie, une des scientifiques à bord

- Forte houle à nouveau

- Un albatros : une salve de photos

- Cela fait aujourd’hui une semaine

- Dans l’oubli de sa propre vie

- Cela fait deux jours que je suis enfermé dans ma cabine

- Hier en fin d’après-midi

- Je rejoins cette terre désolée avec joie

- Pas de port à Port aux Français !

- Ce matin un gars du bateau

- Je n’écris pas un roman

- Il pleut trois cent soixante cinq jours par an à Kerguelen

- Premiers cauchemars évidemment

- L’attraction sonore ici

- Je suis allé le plus loin que je pouvais

- Le groupe de touristes est parti

- Je me réveille ce matin

- Deuxième sortie

- Quelle idée de commencer la journée en lisant Chateaubriand !

- Vu que je me promène quelques heures dans la journée

- Je comprends

- C’est un livre lu il y a longtemps

- Sur le chemin je rencontrais l’aquarelliste

- Les ornithos ont réussi à me convaincre

- Le conteur silencieux était là

- C’est une habitude désormais

- Il y a trois cents îles à Kerguelen

- Intensités de la lecture quand on lit la nuit

- Pour voir des éléphants de mer en nombre, il n’y a pas loin à aller

- C’est tout ce que tu manges ?

- Chaque jour en fin d’après-midi je passe devant la station météo

- Près des serres, je vois un homme en train de fumer

- Nuit de dimanche à lundi, nuit de lundi à mardi

- Gros cauchemar

- On marchait aux côtés du conteur silencieux

- Je le savais que je replongerai dans Dostoïevski en venant ici

- J’ai fait la connaissance d’un curieux type

- On t’ordonne de lire

- Six heures à Kerguelen

- C’est devenu un rituel

- Du dehors, je retiens surtout les formes fixes

- Deux jours de tempête

- Me voyant désespéré par le bruit et l’agitation sur la base

- En venant aux Kerguelen, je m’étais promis

- A la cabane, il y avait déjà deux écobiologistes

- Le lendemain matin, Philippe et David profitent de leur passage à Morne

- Ce sont d’abord quelques individus isolés

- Puis ils cavalent, de plus en plus pressés

- A peine arrivés à la cabane du guetteur

- On guette chacun une heure

- Le manchot royal est un animal humain, trop humain

- Poussin qu’on voit sortir de la crèche

- Déjà que le manchot amuse l’homme, alors le gorfou sauteur !

- Il est avec nous dans la cabane

- C’est Diane qui, après David, se mêle de mon alimentation

- Ô éléphant de mer, pardonne-moi

- Plantes, mousses, chats, albatros

- Il y a une radio dans la cabane

- Pour le retour on traversera la péninsule Courbet

- A Port-aux-Français, je retrouve ma chambre propre et rangée

- Dès mon retour, je reprends l’ancien rythme

- Un moment sur Skype avec R à la Réunion

- Un rêve qui m’occupe ces derniers jours

- Francis déboule un soir

- Sitôt déposés, on commence la manip popchat

- Je dois l’avouer, je ne suis pas très content de moi

- Nous rejoignons en quelques heures la cabane Jackie à l’entrée du Val Studer

- Au Samuker, l’hôpital de Port-aux-Français

- Diane passe me voir après le lâcher du ballon-sonde

- Je suis sorti de l’hôpital et j’ai rejoint ma chambre à pied

- Une île au fond du golfe du Morbihan

- Je suis assis à l’intérieur

- Tous les deux suivant la côte de l’île

- Traversé par des animaux

- On m’a aidé. Seul je ne serais pas arrivé

- Pas une seule fois une voix humaine

- Que dire au manchot papou ?

- Un matin, Philippe et David arrivent à la cabane accompagnés du bosco

- De retour à Port-aux-Français

- Tu te réveilles et te lèves aussitôt

Première mise en ligne le 31 mars 2013

© Laurent Margantin _ 14 mars 2015

Messages

  • récit que j’ai suivi ..oh ! que oui ! avec le plaisir de la dégustation. saveurs nouvelles arrivant sur mon ordi aux heures où j’ai besoin de re-découvrir le monde et la vie aussi faut bien le dire.
    intriguée par la démarche aussi, cet isolement désiré, alors que je suis moi-même dans une forme d’enfermement qui cogne sans fin à ses murs.

    merci. grand plaisir

    Voir en ligne : http://annajouy.ch

  • Trouvé ton blog par hasard.mais ensuite suivi chaque jour.
    Je me suis demandé à la fin si tout cela a été vécu ou imaginé. Mais de toute façon, aventure extra ordinaire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)