Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (I,24) : J’y réfléchis souvent et laisse les pensées suivre leur cours sans m’en mêler

...

J’y réfléchis souvent et laisse les pensées suivre leur cours sans m’en mêler, mais toujours j’arrive à la conclusion que l’éducation m’a nui plus qu’à d’autres gens que je connais et davantage que je ne peux le comprendre. Cependant je ne puis en parler que de temps à autre, car si l’on me demande ensuite : « Vraiment ? Est-ce possible ? Doit-on croire cela » saisi par un effroi nerveux je cherche déjà à modérer mes propos.
Extérieurement je ressemble à n’importe qui ; ai des jambes tronc et tête, pantalon, veste et chapeau ; on m’a fait beaucoup pratiquer la gymnastique et si je suis resté malgré tout petit et faible, c’est qu’on ne pouvait l’empêcher. D’ailleurs je plais à beaucoup de personnes, même à des jeunes filles, et ceux auxquels je ne plais pas me trouve quand même supportable.


Suite

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 19 mars 2018