Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal (I,25)

...

On raconte et nous sommes disposés à le croire que les hommes en danger ne montrent aucune considération pour les femmes inconnues, même si elles sont belles ; ils les poussent contre les murs, les frappent de la tête, des mains, des genoux et des coudes lorsque ces femmes les empêchent de fuir hors d’un théâtre en flammes. Alors nos femmes bavardes se taisent, verbe et point intègrent leur parole sans fin, les sourcils quittent leur position habituelle, les mouvements respiratoires des cuisses et des hanches s’arrêtent, leur bouche qui de peur n’est qu’à peine close absorbe plus d’air que d’ordinaire et les joues semblent un peu gonflées.


Suite

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 3 mai 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)