La Quinzaine littéraire n’est pas encore tirée d’affaire ! (un appel aux enseignants et aux bibliothécaires)

continuer à soutenir, relayer l’information

Plus bas un premier bilan de Maurice Nadeau sur l’action pour sauver la Quinzaine littéraire, à paraître dans le prochain numéro du journal le 1er juin. Il fallait, il faut 80 000 euros, c’est actuellement la moitié de la somme qui a été réunie via des abonnements et des contributions à la Société des lecteurs de la Quinzaine en train d’être mise en place. C’est encore insuffisant hélas, de quoi relancer le journal quelques mois tout au plus. Il est impératif de réunir la totalité de la somme avant l’été. Je ne peux donc qu’inviter les soutiens de la Quinzaine sur Internet et ailleurs à continuer à relayer l’information. On peut, on doit imprimer l’appel de Maurice Nadeau et l’afficher dans les bibliothèques, les salles de professeurs. Parce que la Quinzaine, depuis cinquante ans, c’est une critique indépendante dont on a plus que jamais besoin, à une époque où de nombreux journaux et magazines se contentent de vendre des livres sans réelle valeur littéraire. Il est essentiel que le maximum soit fait dans le courant du mois de juin. Un seul mot d’ordre : ne partez pas en vacances sans avoir sauvé la Quinzaine. D’avance merci !

 

La Quinzaine littéraire continue ! par Maurice Nadeau


Notre appel dans La Quinzaine du 16 mai : « Vous ne laisserez pas mourir La Quinzaine littéraire ! » a été largement entendu.
D’abord et curieusement par nos amis des sites internet, qui ne sont pas ennemis, on le voit, de la presse écrite. Merci aux nombreux sites de Paris et de province, à Laurent Margantin (île de la Réunion), Olivier Morel (États-Unis), nos amis exilés de Chine, cet ami inconnu du Japon.
L’AFP n’a pas été sourde. Ni « le Monde des livres » : « Solidarité avec La Quinzaine », demande Jean Birnbaum, ni Libération, ni Télérama, ni certains quotidiens de province.
Quant aux amis de partout, ils forment une première vague où nous sommes émus de retrouver François Maspero ou Pierre Alechinsky.

Le 27 mai, les souscriptions à la « Société des contributeurs et lecteurs de La Quinzaine littéraire (SCLQL) » s’élèvent à 31 000 € et les dons à l’Association des « Amis de La Quinzaine littéraire (AQL) » à 13 027 €.

Nous vous rappelons qu’il est possible d’effectuer une souscription ou un don par chèque, respectivement à l’ordre de la SCLQL et de l’AQL, à l’adresse postale du journal (135, rue Saint-Martin, 75194 Paris Cedex 04), ou bien sur l’interface http://www.quinzaine-litteraire.presse.fr. Le site internet permet en outre de suivre en temps réel le compteur du financement participatif.

Grâce à vous, de près et de loin, La Quinzaine continue.

Q. L.

Quant aux informations relatives à notre appel, vous les trouverez sur les blogs : http://lecteursdelaquinzainelitteraire.wordpress.com/ ou http://laquinzaine.wordpress.com/.

© Laurent Margantin _ 29 mai 2013


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


|Soutenir la Quinzaine littéraire|

La Nouvelle Quinzaine littéraire paraît le 1er novembre
La Quinzaine va continuer
Vous ne laisserez pas mourir la Quinzaine !
L’Entretien infini de Maurice Blanchot, par Maurice Nadeau
Claude Simon à Pharsale


autres articles sur...

vos contributions, remarques & réactions...