Œuvres ouvertes

La Main de sable : fuite

Fragment d’un ensemble à paraître aux éditions publie.net

Mais quelle menace le poussait donc à fuir ? Dans ces films où l’on voyait un homme – policier ou malfrat – courir à travers les rues, sur les docks ou en plein champ, l’on savait pourquoi, les poursuivants apparaissant à intervalles réguliers. Mais lui ? Personne ne le poursuivait, sinon son ombre. Rien dans sa vie – ni dans son entourage, ni dans son courrier – ne représentait une menace quelconque.

Et pourtant il fuyait, changeant régulièrement de domicile, quittant ses amis, endossant des identités fictives comme des manteaux qu’il abandonnait bientôt au milieu du chemin, toujours attentif à la présence derrière lui d’une porte de secours par laquelle il pourrait s’échapper à la première alerte.

L’on prétendit qu’il avait vu trop de ces films dont le personnage principal était un fuyard, et qu’il avait fini par s’identifier avec chacun d’entre eux. Mais cette hypothèse-là, qui faisait de lui un simple imitateur, tenait-elle, ou permettait-elle simplement d’échapper à la question centrale, qui concernait la ou les raisons de sa fuite ? Lui-même n’aurait sans doute pas su expliquer son comportement, eût-il été possible de lui demander une explication, ce à quoi il se refusait systématiquement, prenant aussitôt la fuite dès qu’on s’approchait de lui d’un peu trop près.

© Laurent Margantin _ 23 février 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)