Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Sommaire 16/09/2013

Oeuvres ouvertes pour une lecture hebdomadaire (et c’est en accès libre)

2000 textes mis en ligne depuis la création de la revue en 2009, bien plus si j’inclus D’autres espaces réalisé en totale autonomie (période bénie) entre 2000 et 2003. Un gros travail de traduction depuis 2010, dans l’ordre : Novalis, Kleist, Kafka. Une bibliothèque allemande, une revue contemporaine et mon travail personnel - ces trois domaines du blog toujours en expansion - ont fait d’Oeuvres ouvertes un ensemble assez vaste à l’intérieur duquel il est parfois difficile de s’orienter. J’ai allégé le sommaire en page d’accueil et l’ai réduit à l’essentiel, je songe à réaliser prochainement un nouveau sommaire, un peu dans l’esprit de celui d’Autres espaces, qui est le coeur du site - pas vraiment fait mieux depuis (j’utilisais Frontpage à l’époque).

Alors, pour donner un peu plus de visibilité à cet ensemble en croissance, je proposerai chaque début de semaine un sommaire réalisé à partir des mises en ligne récentes, des mises à jour et des lectures d’autres blogs. Il y aura régulièrement des sommaires thématiques sur un auteur particulièrement représenté sur Oeuvres ouvertes, en fonction de l’actualité (mais pas toujours).

Cette semaine, on propose :

- Franz Kafka, Le souci du père de famille

- Heinrich von Kleist, Note géographique sur l’île d’Helgoland (traduction de Raymond Prunier) et Un incident à la Charité, tiré des Anecdotes que j’ai presque entièrement traduites.

- Paul Léautaud, Le silence à Paris, un extrait du Journal que je suis en train de découvrir, lecture encouragée par la relecture des mémoires de Maurice Nadeau cet été où il est notamment question de Pascal Pia qui a réalisé cette édition de morceaux choisis (plus de mille pages !).

- Le système romantique, première partie de mon introduction à l’anthologie du romantisme allemand parue chez Corti en 2003. Je compte reprendre plusieurs de mes textes inclus dans cette anthologie, je reviendrai prochainement sur ce que représente pour moi ce travail qui m’occupe depuis une vingtaine d’années. Merci aux premiers lecteurs qui ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour ces recherches sur mon compte Twitter.

- A propos de romantisme allemand, lire cet extrait d’un cours de Deleuze découvert en ligne, première fois que je trouve des réflexions de Deleuze sur Novalis, et tout ce qu’il dit sur l’imagination est extrêmement puissant.

- Enfin, je vais aussi reprendre régulièrement un de mes textes, cette semaine c’est Les maisons sans murs et L’employé à la poste d’un village perdu, tous deux extraits de Visions secondes. Envie de montrer comme dans le cadre de la web-association des auteurs qu’un texte numérique ce n’est pas simplement l’expression d’un état d’âme momentané ou de la logorrhée au kilomètre, mais une réalisation à laquelle on a envie de revenir et de proposer à nouveau à la lecture, histoire notamment de voir si ça tient toujours.

Lu sur le web :

- Le Saute-Rhin, Comment devient-on Merkel III ? Ou quand la politique ultralibérale tue la politique

- Eileen Myles, Beurre de cacahuète, traduit par Guillaume Vissac.

- Sade, Le talion (sur la Revue des ressources, à lire absolument)

Nouveau sur Twitter :

Le compte de l’Ecole de traduction littéraire du Centre national du Livre, qu’on salue, c’est animé par Pierre Malherbet.

A la semaine prochaine.

© Laurent Margantin _ 16 septembre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)