Œuvres ouvertes

La Main de sable : animaux

Ce monde des animaux dits domestiques abandonnés à côté de celui des humains, ou composant une part inconnue mais essentielle de celui-ci, ce monde ne cessait de l’occuper. Ne ressemblait-il pas à l’ univers des enfants pauvres dans un âge reculé et oublié, âge où ceux-ci traînaient dans les rues des villes, mendiant à la sortie des commerces, chassés parfois à coups de bâton ?
Le chaton qui s’ était infiltré dans les bureaux du concessionnaire automobile était maigre et affamé. Il ne miaulait pas cependant, (...)

Ce monde des animaux dits domestiques abandonnés à côté de celui des humains, ou composant une part inconnue mais essentielle de celui-ci, ce monde ne cessait de l’occuper. Ne ressemblait-il pas à l’ univers des enfants pauvres dans un âge reculé et oublié, âge où ceux-ci traînaient dans les rues des villes, mendiant à la sortie des commerces, chassés parfois à coups de bâton ?

Le chaton qui s’ était infiltré dans les bureaux du concessionnaire automobile était maigre et affamé. Il ne miaulait pas cependant, mais se frottait aux jambes de l’ inconnu, le suivant dans chacun de ses déplacements. Personne ne s’ occupait de lui, les vendeurs allaient et venaient en l’ ignorant et en le laissant faire ce qu’ il voulait. Des animaux délaissés comme lui, il y en avait des centaines dans toute la ville, et la fourrière ne pouvait pas gérer correctement la situation. Le maire avait toutefois décidé de lancer une campagne afin de nettoyer les rues des chats et des chiens abandonnés, les mettant en cage d’ abord, les faisant piquer ensuite lorsqu’ ils ne trouvaient pas de propriétaire.

Mais cette présence des animaux dans les rues de la ville, rapportée à celle des enfants à une autre époque, suggérait que l’ habitant des lieux avaient peut-être besoin d’avoir autour de lui de tels êtres inférieurs qu’ il pouvait ignorer à loisir, de la même manière qu’ il longeait les murs de la prison municipale sans penser une seconde au sort de ceux qui y étaient enfermés dans des conditions inhumaines. Il fallait que des mondes divers fussent superposés sans jamais se toucher.

© Laurent Margantin _ 2 décembre 2009

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)