Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Ponctuation aérienne

note de voyage

Ici les gens prennent l’avion comme ils prendraient le métro. Une fois à bord, bien installés, nourris, ils dorment jusqu’à l’atterrissage et sont déjà à Paris. L’île n’est pas au bout du monde, mais quelque part au bout d’une ligne de RER, il suffit d’oublier qu’on vole. Dans l’avion, je lis quelques pages de l’année 1940 du Journal de Léautaud et tombe sur ces lignes : "Mandin m’assomme à mettre dans mon Journal (dans le Mercure) une ponctuation régulière, exacte, qui n’est pas dans le manuscrit. Il enlève ainsi une partie du charme, du naturel, du spontané". Cela me confirme dans ma volonté de rendre en français la ponctuation très libre ou l’absence de ponctuation du Journal de Kafka. Assez curieux l’effet-miroir des deux journaux, l’un en français, l’autre en allemand. La même dureté voire sauvagerie lorsqu’il est question du monde social - lire les pages de Léautaud sur juin 40, la lâcheté et la bêtise de la classe politique, toutes les compromissions individuelles, là, devant soi, dans la rue, dès l’arrivée des Allemands dans la capitale (pas des brutes, hein, des gens bien élevés). Ce qu’on craint que le pays revive un jour, ces temps-ci, avec tous ces gens bien élevés qui passent sur les écrans nationaux.

© Laurent Margantin _ 11 octobre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)