Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

"Nous fonderons une démocratie de Dieux égaux en magnificence, en sainteté et en béatitude"

par Heinrich Heine (extrait de l’Histoire de la religion et de la philosophie, 1834)

Dieu est identique au monde. Il se manifeste dans les plantes, qui mènent leur existence cosmico-magnétique sans aucune conscience. Il se manifeste dans les animaux, qui dans leur sensuelle vie de rêve ont un sentiment d’existence plus ou moins opaque. Mais c’est en l’homme qu’il se manifeste de la façon la plus magnifique, en l’homme qui pense et sent à la fois, qui sait se distinguer lui-même individuellement de la nature objective, et porte déjà en sa raison les idées qui se font connaître à lui dans le monde phénoménal. En l’homme, la divinité accède à la conscience de soi, et cette conscience de soi se manifeste à son tour à travers l’homme. Toutefois, ceci ne se produit dans et par l’homme en tant qu’individu, mais dans et par la totalité des hommes : de telle sorte que chaque homme n’appréhende et n’expose qu’une partie du Dieu-Univers, mais que, tous ensemble, les hommes appréhenderont et exposeront, dans l’idée et dans la réalité, le Dieu-Univers tout entier. Chaque peuple a peut-être pour mission de connaître et de faire connaître une partie déterminée de ce Dieu-Univers, de concevoir une série de phénomènes et de faire parvenir à la manifestation phénoménale une série d’idées, puis de transmettre le résultat aux peuples suivants, auxquels échoit à son tour une mission similaire. C’est pourquoi Dieu est le héros véritable de l’histoire universelle, celle-ci est sa pensée permanente, son action permanente, sa parole, son acte ; et l’on peut dire à juste titre de l’humanité tout entière qu’elle est une incarnation de Dieu !
C’est une opinion erronée de penser que cette religion, le panthéisme, mène les hommes à l’indifférentisme. Tout au contraire, la conscience de sa propre divinité enthousiasmera l’homme à tel point qu’il voudra faire connaître celle-ci, et c’est seulement à partir de là que les véritables exploits du véritable héroïsme chanteront la gloire de cette terre. La révolution politique qui s’appuie sur les principes du matérialisme français ne trouvera pas en la personne des panthéistes des adversaires, mais au contraire des soutiens ; simplement ce sont des soutiens qui ont puisé leurs convictions à une source plus profonde, dans une synthèse religieuse. Nous voulons promouvoir le bien-être de la matière, de bonheur matériel des peuples, non parce que, comme les matérialistes, nous méprisons l’esprit, mais parce que nous savons que la divinité de l’homme se fait connaître aussi dans sa manifestation corporelle, et que la misère détruit ou avilit le corps, c’est-à-dire l’image de Dieu, et entraîne ainsi l’esprit lui-même vers la ruine. La grande maxime de la Révolution française prononcée par Saint-Just : le pain est le droit du peuple, se dit chez nous : le pain est le droit divin de l’homme. Nous ne nous battons pas pour les droits de l’homme du peuple, mais pour les droits divins de l’homme. En cela, et en bien d’autres choses encore, nous nous distinguons des hommes de la Révolution. Nous ne voulons pas être des sans-culotte, des citoyens frugaux, ou des présidents au rabais : nous fonderons une démocratie de Dieux égaux en magnificence, en sainteté et en béatitude. Vous voulez des costumes simples, des moeurs abstinentes et des jouissances sans piquant ; nous exigeons au contraire le nectar et l’ambroisie, les manteaux de pourpre, les senteurs précieuses, le faste et la volupté, des ballets de nymphes rieuses, de la musique et des comédies. N’en soyez pas pour autant courroucés, vertueux républicains que vous êtes ! A vos remontrances de censeurs nous répondrons ce qu’un fou dit quelque part chez Shakespeare : crois-tu donc que parce que tu as de la vertu, il faudrait qu’il n’y ait plus sur cette terre de gâteaux succulents ou de champagne doux ?

Traduction de Jean-Pierre Lefebvre

© Heinrich Heine _ 5 janvier 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)