Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

La complainte du piéton

De certains défauts et dangers des jungles urbaines, par Philippe Chéron

Panneau de signalisation Avenida Mazatlán, à Mexico :

« Le piéton est prioritaire.
Prioritaire, mais vivant svp ! »


La complainte du piéton

Piéton, prends garde à toi
l’œil noir d’un chauffard
te regarde.
Il attend que tu sois engagé
sur ce qui autrefois
était un passage clouté
et qui n’est plus qu’un
passage protégé
– protégé ? où sont nos clous d’antan ? –
pour appuyer sur le champignon
et te foncer dessus.
Tu es prioritaire,
disent-ils,
mais attention à ne pas t’emmêler
pieds et jambes
dans les lignes parallèles du passage,
à ne pas tomber dans le panneau
déjà bien cabossé,
bien tagué.
Tu n’as plus qu’à danser agilement
sur la corde raide
de ces lignes blanches,
qui sont noires,
obscures comme les tombes
où gisent les accidentés,
pour tenter de sauver ta peau.
Agressé de toutes parts
dans ce qui fut ta ville,
un District Fédéral
plaisamment rebaptisé
« DeFectuoso »,
il te restera toujours le choix de te faire
écraser par une voiture
écrabouiller par un camion
aplatir par une moto
renverser par un vélo,
ou de te cogner à un autre pauvre piéton.

© Philippe Chéron _ 10 janvier 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)