Œuvres ouvertes

Robert Walser, On était devenu un morceau de printemps

en accès libre dans la webliothèque d’Oeuvres ouvertes

A présent la température ne cessait de monter et la nature était toujours plus luxuriante, elle était recouverte d’un épais tapis verdissant de prairies, de la vapeur montait des prés et des champs, dans leur beau vert frais et riche les forêts offraient un spectacle ravissant. Toute la nature s’offrait, s’allongeait, s’étendait, se courbait, se dressait, sifflait et bourdonnait et bruissait, sentait bon et restait étendue en silence comme un beau rêve coloré. La terre était devenue bien grosse, grasse, opaque et repue. Elle s’étendait en quelque sorte dans sa luxuriante satiété.

Lire sur liseuse

© Laurent Margantin _ 5 mars 2014