Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

"Ici je suis seul"

lettre à Felice, hôtel Sandwirth, Venise, 16 septembre 1913

Ici je suis seul, je ne parle presque à personne en dehors des employés des hôtels, je suis débordant de tristesse et pourtant, cela je crois le sentir, je me trouve dans l’état qui me convient, qui m’a été attribué par une justice supraterrestre, un état que je ne peux pas dépasser et que je devrai subir jusqu’à ma fin. L’obstacle n’est pas que "je devrais renoncer à trop de choses personnelles", encore que ce soit juste en un sens restreint ; c’est bien plutôt que je suis couché tout de mon long par terre comme un animal sur lequel ni les exhortations ni les efforts de persuasion n’ont de prise, bien que je ne puisse me soustraire entièrement ni aux uns ni aux autres, et spécialement pas à ces derniers. Mais je ne peux pas me faire avancer, je suis comme pris dans des filets ; si je me pousse en avant, je suis rejeté plus fort en arrière.

© Franz Kafka _ 4 mai 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)