Éditions Œuvres ouvertes

Insulaires, blogbook (6)

disparition

Les uns après les autres, on jetait les zébus dans l’eau. Ils glissaient d’ abord sur le pont trempé, puis il suffisait de les pousser et on entendait le fracas de leur corps et leur beuglement désespéré. Ils se débattaient au milieu des vagues, nageaient comme ils pouvaient, ballottés par les courants comme de pauvres pantins. Sur le navire, les hommes faisaient des paris.
Certains se fracassaient contre des rochers alors qu’ils s’étaient avancés vers le rivage qui était à deux encablures. Les autres, restés près de la coque, disparaissaient dans des flots rouges, dévorés par des squales.
Un seul des zébus jetés à la mer parvint jusqu’au rivage de sable noir, rampant un moment puis se levant enfin avant de disparaître entre de hauts arbres qui ressemblaient à des pins.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 4 juin 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)