Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

insulaires, blogbook (9)

l’arbre

Il était à la sortie de la ville, à côté du boulevard qui longeait l’océan. On le voyait de loin, haut comme un immeuble de quatre étages. Ses branches pendaient au lieu de s’élever, leur masse sculptée par les vents qui ne cessaient de souffler sur la côte. De lourdes lianes pendaient aussi, formant une espèce de voûte sous laquelle s’asseyaient quelques clochards à la peau sombre.
L’arbre, situé non loin du cimetière, impressionnait par sa puissance passive, par sa résistance aux vents et aux cyclones. Il émanait de lui une tristesse ancestrale, comme si, à travers lui, était transmise la mémoire des hommes qui s’étaient assis à son ombre pendant tant d’années, ne sachant où se réfugier face à la violence du soleil.
Devant le spectacle de ces branches et de ces lianes lugubres lorsque le soir venait, nous rêvions du récit d’âmes depuis longtemps disparues, encore trop craintifs pour oser aller nous asseoir à l’ombre du plus vieux banyan de l’île.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 5 juin 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)