Éditions Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (17)

parole

La mutinerie avait assez duré. On ne savait exactement comment elle avait débuté, ni qui l’avait lancée, ni ce que les mutins cherchaient à obtenir.
Après avoir neutralisé les gardiens en leur vendant des drogues et des alcools divers, ils s’étaient dirigés vers les pièces donnant sur une rue du centre-ville, et conversaient librement avec les gens à l’extérieur.
— Tu me reconnais ? disait un petit homme en bas.
— Je ne sais pas, je ne te vois pas à travers les carreaux en verre, répondait une voix.
— J’ai toujours été gentil avec toi.
— Je ne sais pas, je ne te vois pas bien.
Il y eut d’autres dialogues bon enfant ressemblant à celui-ci, puis, sans qu’on sache pourquoi, les mutins regagnèrent leur cellule, fatigués peut-être de leur liberté de parole.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 9 juin 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)