Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (20)

les chiens

Les chiens marchaient dans la rue. Ils étaient trois. Ils passaient devant les boutiques et parfois s’arrêtaient pour regarder les vitrines. Il leur arrivait de rentrer, mais ils repartaient vite, chassés par les vendeuses. Devant un bar, ils urinaient discrètement dans un pot de fleurs, chacun à leur tour. D’ où venaient-ils ? Appartenaient-ils à quelqu’un ? Ils avaient plutôt l’air de chiens sans maître, errant librement par les rues.
Il m’arriva de les retrouver, chacun d’entre eux seul, allongé sur le trottoir. Sans doute se reposaient-ils de leurs virées faites à toute allure.
D’autres fois, je les retrouvais à plusieurs, nombreux parfois, courant sur les boulevards sans faire attention aux feux rouges, obligeant les voitures à les éviter. C’était alors une véritable cohorte de chiens, organisés comme des hommes dont les mœurs auraient été étrangères au commun des mortels.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 10 juin 2014