Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (27)

deux yeux

Ils erraient sur la plage jonchée de branches tombées pendant la tempête, flairant au milieu des débris. Leur posture semblait servile, la gueule penchée, le museau dans la poussière, mais leurs yeux très mobiles se tournaient vers les côtés, à l’affût de tout être ou objet qui pourrait les sauver de la faim.
Parfois ils levaient le regard vers vous, oui, le regard, deux yeux vifs et intelligents qui vous questionnaient. Ils se tenaient immobiles face à vous, comme désireux d’engager un dialogue, sans qu’on sache trop, de chaque côté, quel mot dire ou quel geste faire. Ce face à face pouvait durer quelques minutes où chacun observait l’autre, puis la chienne aux mamelles sèches repartait, se retournant une ou deux fois, comme déçue que rien ne fût venu de vous, avide d’humanité.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 14 juin 2014