Éditions Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (28)

voisin

Il restait toute la journée dans la cour, en plein soleil souvent, accoudé au muret devant la rue. Il avait les cheveux blancs, mais son visage rond et débonnaire était celui d’un homme d’une cinquantaine d’années. Torse nu toute la journée, il ne mettait une chemise que les jours de fête. Aux heures des repas, il lavait quelques légumes dans l’évier de la cour, ou bien y faisait la vaisselle. Le reste du temps, il regardait les voitures circuler, fumant parfois une cigarette.
Ce que seuls les voisins savaient, c’est qu’une femme vivait avec lui, qui ne sortait jamais. Elle restait dans la maison, atteinte d’un mal incurable et qui se développait rapidement. Tous les deux n’étaient pas mariés, mais il restait là pour veiller sur elle, ne la quittant pas une minute. Hagarde, la femme se tenait cachée derrière les rideaux de sa chambre.
Cette présence de l’homme au muret dura longtemps. Puis, un jour, la porte de la maison qui donnait sur la cour ne s’ouvrit plus, et le robinet de l’évier resta serré. On supposa qu’il était rentré chez lui, après avoir veillé des années sur la femme démente.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 14 juin 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)