Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (34)

vieux lecteur

Il était toujours seul, assis à cette terrasse. Devant, les voitures passaient dans la rue étroite, mais il n’y faisait pas attention. Il ne semblait pas non plus s’occuper des autres clients autour de lui.
L’homme avait peut-être soixante-dix ans, les cheveux et la barbe gris, une tête bien ronde, ne portait pas de lunettes. Il était habillé correctement, et semblait originaire de la région. Chaque midi, on lui servait un menu, arrosé d’un demi-litre de vin. Tout en mangeant, il continuait à lire, car il lisait continuellement. Sans cela, sans doute son voisin de droite ne l’eût-il pas remarqué. Car celui-ci paraissait très intrigué par le personnage du vieux, au point de venir plusieurs fois par jour dans ce café pour l’observer.
Il avait ainsi noté que le vieux lecteur venait s’asseoir là en milieu de matinée, lisait jusqu’à midi, déjeunait tout en lisant, avait une préférence pour le vin rosé, buvait un café voire deux, lisait encore, et puis partait dans le courant de l’après-midi. Il fut cependant déçu de découvrir ce qu’il lisait : des romans de gare. Mais qu’il fût autant captivé par de tels récits ne fit pas descendre le vieux dans son estime. Bien au contraire, il commença à rêver d’une telle capacité de concentration pour des objets au fond aussi vains. Et c’est sur le modèle du sage lecteur qu’il envisagea bientôt sa propre vieillesse.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 17 juin 2014