Éditions Œuvres ouvertes

insulaires, blogbook (44)

langue ancienne

Il avait vécu là pendant de longues années, loin des côtes. On le voyait circuler dans le village entouré de montagnes, toujours à la recherche d’objets qui pouvaient témoigner d’un monde disparu, enseveli sous la végétation épaisse et les constructions nouvelles. Année après année, il avait collecté une quantité de vestiges de ce passé qui occupait ses pensées jour et nuit, vestiges qu’il avait rassemblés dans sa grande maison de style colonial.
Longtemps, il avait entretenu un échange silencieux avec ces objets souvent usuels, outils, récipients, fétiches, jusqu’au jour où plusieurs ombres lui apparurent sur les murs blancs de sa maison. Le vieil homme invita ces visiteurs à s’asseoir dans le salon, et, avec une grande douceur, il leur posa des questions sur leurs vies révolues, questions auxquelles ils répondirent dans une langue ancienne qu’il mit du temps à reconnaître.
Les ombres revinrent souvent dans sa maison, et de ce commerce avec eux est issu le récit que ses descendants découvrirent après la mort du vieil homme.


Page précédente
Page suivante
Lire la présentation et revenir au sommaire.


© Laurent Margantin _ 22 juin 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)