Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Une phrase de Brigitte Reimann

extraite de Franziska Linkerhand

Le soir, un feu brûlait dans la cheminée, une horrible cheminée en brique qui se voulait d’une convivialité rustique et n’avait jamais servi ; la fumée refluait dans la pièce, mais Zöberlein et Rosenberg réchauffaient agréablement la fraîcheur de cette soirée de mai, de cette soirée où, dans le quartier des millions, dans ses villas endommagées en brique vernissée, dans ses châteaux de grès abîmés, avec escaliers réservés aux maîtres, rhododendrons et magnolias, dans les fourneaux et les chaufferies commençait le même obscur et pitoyable crépuscule des Dieux ; seules restaient froides les cheminées de la villa du chef de district qui, après avoir exhorté ses concitoyens à attendre scrupuleusement jusqu’à la fin, s’était lui-même évacué vers l’ouest une semaine auparavant : il était en sécurité, et muet désormais car la Providence mille fois invoquée, la Providence alliée de notre Führer avait déserté, infléchissant la chute des bombes alliées vers le pont sur l’Elbe, le chef de district, sa voiture, son bagage.

Traduction de l’allemand par Bruno Meur et Claire Mercier

© Laurent Margantin _ 13 juillet 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)