Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Le Chenil (43)

...

Je me souviens qu’une fois sous les arbres j’avais essayé d’oublier l’odeur de charogne qu’on sentait partout sur la colline du chenil, que j’avais quitté le petit sentier et m’étais glissé sous les feuillages comme si encore captif de la petite chanson forestière chantée par la mère et de l’histoire qu’elle m’avait racontée la veille j’avais voulu suivre le père disparu il y avait déjà si longtemps et le retrouver dans la forêt. Penché sur le sol écartant des feuilles mortes et des branchages j’avais cherché d’anciennes empreintes de pas, j’avais inspecté plusieurs troncs d’arbres à la recherche de ses initiales car la mère avait raconté que le père avait l’habitude de les marquer au canif à certains endroits de la forêt, c’était absurde bien sûr puisqu’il avait été là trente ans plus tôt, mais j’avais quand même passé un bon moment ce matin-là à remuer tout ce que je pouvais dans la forêt pour y repérer un signe même infime de son passage, j’avais même tenté de flairer portant à mon nez des pierres des bouts d’écorce et même un peu de terre mais l’odeur de la charogne l’infecte odeur des clebs était trop forte et chaque chose que je portais à mon nez sentait cette puanteur, si bien que je renonçais assez vite incapable de rejoindre le père par cette voie-là.



Page suivante
Lire depuis le début
Lire la présentation.
Lire le récit dans la webliothèque
L’auteur

Première mise en ligne le 13 octobre 2014

© Laurent Margantin _ 15 juillet 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)