Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

La poésie est le réel absolu (12)

Novalis, fragments logologiques

Nous avons deux systèmes de sens qui, si différents qu’ils puissent paraître, sont pourtant étroitement entremêlés. Un système s’appelle le corps, l’autre, l’âme. Celui-là dépend des excitations externes, dont nous nommons la substance nature ou monde extérieur. Celui-ci dépend originellement de la substance des excitations internes que nous nommons esprit, ou bien monde des esprits. Habituellement il est dans un lien d’association avec l’autre système – et est affecté par lui. On rencontre cependant de nombreuses traces d’une relation inverse, et l’on remarque bientôt que les deux systèmes devraient être à vrai dire dans un parfait rapport de change dans lequel chacun serait affecté par son monde, formant un unisson et non une monotonie. Bref, les deux mondes, comme les deux systèmes, doivent former une libre harmonie, pas une disharmonie ou une monotonie. En vérité, le passage de la monotonie à l’harmonie aura lieu à travers la disharmonie – et c’est seulement à la fin que naîtra une harmonie. Dans la période de la magie, le corps sert l’âme, ou le monde des esprits. Folieillumination.
Une folie collective cesse d’être folie et devient magie. Folie suivant des règles et en pleine conscience.
Tous les arts et toutes les sciences reposent sur des harmonies partielles.

Poètes, fous, saints, prophètes.

.


Logologie de Novalis
Autres textes

© Novalis_traduction de Laurent Margantin _ 17 décembre 2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)