Éditions Œuvres ouvertes

04/01/15

...

Je pense à Kafka écrivant à l’éditeur Kurt Wolf : "Si au lieu de publier mes manuscrits vous me les renvoyez, je vous en serais plus reconnaissant". Je pense à la neige qui a fondu en marchant dans les rues de la ville ce dimanche matin. Je me dis que si celui qui écrit "pour le présent" avait vécu au début du vingtième siècle, il aurait sans doute pondu un petit bouquin exploitant le climat antisémite, et que les journalistes de l’époque auraient aussi joué du tambour. Je pense au chat qui crie depuis des semaines à une terrasse en dessous, au début j’ai cru que c’était une espèce d’oiseau, peut-être un paon. Je pense qu’il pleure. Je me dis que Kafka n’aurait certainement pas été content qu’on publie Le Procès et Le Château qu’il considérait comme inachevés, et pas content du tout que je traduise son journal et le mette en ligne, faudrait peut-être que j’arrête. Je pense aux trois sœurs de Kafka, Valli, Elli et Ottla, je pense au frère de Max Brod, Otto, qui ont fini à Auschwitz. Je pense au ciel couvert à travers lequel passe quand même un peu de lumière, et que, non, ce ne pourrait même pas être une mauvaise métaphore d’aujourd’hui. Je pense au passant qui pourrait s’appeler Franz, car il y en a encore, des Franz, le seul que j’ai connu fut un de mes patrons assis derrière une large vitre à son bureau passant sa journée à pianoter sur son clavier.
© Laurent Margantin _ 4 janvier 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)