Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (III,18) : Face à une marieuse qui est venue chez nous ce midi pour l’une de mes sœurs

troisième cahier, nouvelle traduction


Face à une marieuse qui est venue chez nous ce midi pour l’une de mes sœurs, j’ai éprouvé, pour plusieurs raisons mêlées, une gêne accablante qui me pesait sur les yeux. La femme avait une robe à laquelle l’âge, l’usure et la saleté donnaient un reflet gris clair. Quand elle se levait, elle laissait ses mains dans son giron. Elle louchait, ce qui augmentait apparemment la difficulté à faire comme si je ne la voyais pas quand je devais tourner le regard vers mon père qui me posait des questions sur le jeune homme proposé. D’un autre côté, je me sentais moins gêné parce que j’avais mon repas devant moi et que j’avais été suffisamment occupé à mélanger le contenu de mes trois assiettes sans ressentir aucun embarras. Elle avait au visage – ce que je n’ai vu d’abord qu’en partie – de si profondes rides que je songeais à l’ébahissement qui devait être celui des animaux quand ils contemplaient de tels visages. Etait remarquable sur le plan corporel son petit nez anguleux un peu relevé surtout à son bout pointant de son visage.



Page suivante
Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 23 janvier 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)