Éditions Œuvres ouvertes

26/01/15

...

A droite il y a un type qui parle dans une zone grise, il me dégoûte un peu. La fille assise en face de lui dit j’étais chez les pauvres, bah pas étonnant alors répond l’autre en ajoutant deux-trois mots allemands grossiers, puis elle dit là j’étais chez les riches, mais j’essaye de ne pas entendre la réponse de l’autre qui se tourne vers moi comme si je participais à la discussion. Tout ça m’écœure, les mots employés, le ton, c’est qui ces gens, qu’est-ce qu’ils me veulent, si je bois mon café je dois bouger la tête et alors je risque de croiser leur regard et veux surtout pas me brancher sur eux à 100%. Je me branche sur autre chose comme je peux tout en faisant semblant de lire, tiens l’histoire de Fred qui me revient souvent du collègue cuisinier qui court dans la rue en pleine nuit armé d’un couteau criant wo sind meine Feinde ? (où sont mes ennemis ?). C’est vrai cette histoire ou c’est dans un film ? Je me branche aussi sur l’histoire de Jörg S qui chaque lundi au bureau disait au téléphone à la même personne qui lui demandait comment ça allait well it’s monday, et là je suis sûr que c’était pas dans un film puisque j’avais Jörg S en face de moi, à un mètre comme le type dans sa zone grise. Merde me suis rebranché à sa zone grise. Me lève alors et vais m’asseoir plus loin mais de façon à ce qu’il voie que me suis levé et aie changé de table à cause de lui et pour quitter sa zone grise. Fred et Jörg S ont disparu tant pis, les retrouverai une autre fois.
© Laurent Margantin _ 26 janvier 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)