Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

02/02/15

...

Günter vieux monsieur qui marche avec la prestance d’un homme beaucoup plus jeune me dit faut pas faire un bouc émissaire de Merkel. Réponds rien mais pense au désespoir des Grecs qui se sont suicidés ces dernières années. La discussion ne sert à rien, il pense dettes et moi je ne sais pas à quoi exactement ce serait quelque chose à chercher ailleurs. Je pense que je suis croyant je crois dans le soleil qui pourrait chauffer un peu même ici. Dans le journal je lis le mot sumérien amargi premier mot exprimant l’idée de liberté dans une langue humaine désignait le fait d’être libéré de ses dettes. Le mot humain, lui, paraît presque désuet. Günter assis à sa table commande tout ce qu’il veut, sa femme pareil, ils ont une belle bagnole une belle maison au moins cinquante ans de vrai bonheur dans les bottes. Lis aussi qu’en 45 on a effacé toutes les dettes de l’Allemagne hitlérienne, mais dis rien pas envie de casser l’ambiance et puis ça sert à rien, c’est rare qu’on fasse changer l’avis de quelqu’un quand on discute. Je vise le ciel s’il pouvait se déchirer un peu. Mais non. Alors j’arpente un bout de jardin estival et en rentrant sens l’odeur du mobilier ancien et des fauteuils capitonnés en tissu, c’est bien loin c’est ici.
© Laurent Margantin _ 2 février 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)