Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (III,28) : Ce matin, pour la première fois depuis longtemps

troisième cahier, nouvelle traduction


2 XI II Ce matin, pour la première fois depuis longtemps, j’ai ressenti de la joie à imaginer un couteau qui se retournait dans mon cœur.


Page suivante
Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 14 février 2015