Éditions Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (III,52) : Dès que je reconnais d’une manière ou d’une autre laisser dormir des situations désagréables

troisième cahier, nouvelle traduction


Dès que je reconnais d’une manière ou d’une autre laisser dormir des situations désagréables que je serais à vrai dire appelé à régler (p.e. la vie extrêmement satisfaite et selon moi désolante de ma sœur mariée), je perds pendant un bref instant la sensation des muscles de mon bras.



- ma sœur mariée : Il s’agit d’Elli, qui a épousé Karl Hermann le 27 novembre 1910.


Page suivante
Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 27 mars 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)