Éditions Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (III,56) : Se réveiller un froid matin d’automne à la lumière jaunâtre

troisième cahier, nouvelle traduction


Se réveiller un froid matin d’automne à la lumière jaunâtre. Passer à travers la fenêtre presque fermée et, encore devant les vitres, avant de tomber, flotter dans l’air, bras écartés ventre bombé jambes repliées vers l’arrière comme les figures de proue des navires d’autrefois.



Page suivante Journal de Kafka (III, 57) : Avant de m’endormir
Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 11 avril 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)