Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

20/04/15

...

C’est un cauchemar. Dans chaque angle de la pièce, une porte minuscule s’ouvre sur un nouveau cauchemar. La pièce ne cesse de s’agrandir, les visions prolifèrent donnant parfois une impression d’ouverture, comme s’il était possible de s’échapper mais on ne s’échappe pas de ce cauchemar en expansion. On peut se frotter les yeux, les visions ne disparaissent pas, et dans un coin une autre porte etc. On peut bien sûr gueuler ton réel connecté tu peux te le mettre où je pense, ou une autre grossièreté de ce genre qui s’adresse semble-t-il à un dieu caché, ça n’a évidemment aucun sens ni aucun effet, et ça ne soulage en rien, car on sait qu’on continuera à habiter le cauchemar, assis ici face à tous les noyés.
© Laurent Margantin _ 20 avril 2015