Œuvres ouvertes

23/04/15

...

Cette nuit cela m’a réveillé et s’est imposé à moi (même si j’y pensais depuis un bout de temps) : il me fallait traduire Le Terrier ou la Construction (en allemand der Bau a les deux sens), il me fallait traduire ce texte ultime, mais différemment des autres textes de K que j’ai traduits, lentement, une phrase par jour. Comme ce prisonnier du film qui creuse sa galerie à la petite cuillère. Incapable de me rendormir, je cherchais à me souvenir de la première phrase du Terrier, en vain. Tôt ce matin, j’ai lu : Ich habe den Bau eingerichtet und er scheint wohlgelungen, ce qui a réveillé ma passion ancienne pour les œuvres qui débutent sur une phrase courte et énergique, devenue chez moi. Au moins, cela permettra de savoir combien il y a de phrases dans Le Terrier.
© Laurent Margantin _ 23 avril 2015