Éditions Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (26)

nouvelle traduction work in progress


Plusieurs fois, désespéré par ma fatigue physique, je voulais tout laisser tomber, me roulais sur le dos et maudissais le terrier, je me traînais jusqu’à l’extérieur et laissais le terrier ouvert, qu’est-ce que cela pouvait faire puisque je ne comptais pas y revenir, jusqu’à ce que je revienne plein de remords après quelques heures ou quelques jours, j’aurais presque entonné un chant en constatant la nature inviolable du terrier, et je me remettais au travail avec un sentiment de joie sincère.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 18 mai 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)