Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Les Géographes (1)

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Les Géographes (1)

...

François Péron



Je suis né le 22 août 1775 à Cérilly en Auvergne. Mon père était tailleur d’habits et ma mère tenait un débit de boissons. Quand mon père mourut, je n’avais que sept ans, et je dus continuer avec deux sœurs plus âgées et ma mère dont l’ignorance crasse finit par me dégoûter. A l’école du village, on me trouva tellement intelligent et passionné pour apprendre que la famille proposa de financer mes études. Aujourd’hui, il me semble que c’était avant tout le mépris de mon propre milieu qui avait éveillé en moi cette soif de savoir.
Je fus placé au collège de la ville où le principal, monsieur Baron, homme instruit et respectable, remarqua mon goût de l’étude. A seize ans, j’achevai ma rhétorique. Ma mère me poussait à l’état ecclésiastique et le curé de Cérilly, l’abbé Marchand, m’apprit la philosophie et la théologie. C’était en 1792.
Comme je n’avais jamais ressenti aucune affection pour mes sœurs et ma mère, je décidai de les quitter au plus vite. N’ayant aucune envie de devenir curé, je m’enrôlai dans le deuxième bataillon de l’Allier. J’avais trouvé le moyen de fuir le trou perdu où j’avais grandi. Si l’on m’avait engagé dans une troupe de théâtre, je serais sans doute parti de la même manière. Mais évidemment l’idéal républicain avait plus de noblesse.
Caporal, je fus élevé au grade de sous-officier lors du blocus de Landau. C’est pendant cette bataille que je perdis l’œil droit. Peu de temps après, je fus fait prisonnier par les Prussiens et emporté jusqu’à la citadelle de Magdebourg. Pendant cette captivité qui dura quinze mois, je pus me procurer quelques livres de voyageurs et d’historiens et me plongeai dans leur étude. A la fin de 1794, je fus libéré lors d’un échange de prisonniers et me rendis à Thionville où j’obtins un congé de réforme. En août 1795, je dus me résoudre à rentrer à Cérilly, n’ayant aucune autre solution.



Page suivante Les Géographes (2)
Lire depuis le début
Lire la présentation
Le sommaire
L’auteur

© François Péron_Les Géographes _ 21 août 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)