Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Littérature et amour

disparition d’Alain Nadaud

J’ai pour handicap de m’être fait une exagérée et trop précise idée à la fois de la littérature et de l’amour. Car si j’aime la littérature, c’est avec des maladresses identiques à celles que je commets lorsque je courtise une femme. Or, si celle-ci ne correspond jamais à l’image idéale que je me suis forgée, rien de ce que j’écris n’approche non plus l’œuvre dont j’aspire à être l’auteur.
Finalement, il se peut que j’écrive aussi mal les livres dont j’accumule les pages que j’aime de travers les femmes que je tiens entre mes bras : à savoir comme un simple étourdi, avec la même frénésie inquiète, un identique mélange d’avidité et de désenchantement, un absolu mépris des convenances.
Est-ce que j’attends de la littérature et de l’amour plus qu’ils ne peuvent donner ? Est-ce parce que je les idolâtre en général que je passe à côté sans en apercevoir les beautés dans le particulier ?

Alain Nadaud, extrait de la La Plage des demoiselles, éditions Léo Scheer


- Le site d’Alain Nadaud
- Le décès soudain de l’écrivain Alain Nadaud, par Lucie Cauwe
- Alain Nadaud à Apostrophes en 1984 pour son premier livre, Archéologie du zéro.


© Laurent Margantin _ 13 juin 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)