Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (79)

nouvelle traduction work in progress


Ensuite je me trouve sous la couche de mousse à laquelle je laisse parfois le temps – passé chez moi sans sortir – de se mêler avec le sol de la forêt tout autour, et maintenant il suffit juste d’un coup de tête et je suis en pays étranger.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 10 juillet 2015