Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (98)

nouvelle traduction work in progress


Pendant toutes ces années, je n’ai jamais vu quelqu’un en train d’examiner vraiment l’entrée, pour mon bonheur et pour le sien, car il est certain que, fou d’angoisse pour le terrier, je me serais jeté à sa gorge.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 29 juillet 2015