Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Les Géographes (29)

...

Louis Depuch de Monbreton


Baudin ne nous aimait pas, nous les hommes de science. Il nous l’avait fait sentir dès notre arrivée au Havre, nous traitant avec le plus grand mépris. « Vous, les soi-disant savants », s’exclama-t-il un jour devant moi, avec cette expression cynique au visage qui le caractérisait. Ignorait-il que j’étais l’un des premiers minéralogistes formés à l’Ecole des mines nouvellement créée ?
Il ne parlait avec aucun d’entre nous, sinon avec Michaux qu’il semblait estimer un peu. Lorsque nous fûmes en face des côtes de Ténériffe, il s’emporta et nous traita de fous parce que nous étions tous sur le pont, occupés à dessiner le paysage qui s’offrait à nos yeux.
— Vous encombrez, bon Dieu, vous encombrez ! criait-il, furieux, comme si nous avions gêné les matelots dans leurs manœuvres.
Il ne manquait pas une occasion de nous montrer combien il méprisait notre travail. La moindre demande de notre part le mettait en rage.
— Je n’ai pas eu besoin de vous pour rapporter des Antilles une quantité de plantes inconnues ! lança-t-il un jour à Bory, comme pour le défier.
La vie à bord avec lui était chaque jour un peu plus pénible, au point que plusieurs d’entre nous ne pensaient qu’à une seule chose : débarquer à l’île de France, quitter l’expédition, fuir la rage de Baudin.


Page suivante Les Géographes (30)
Lire depuis le début
Lire la présentation
Le sommaire
L’auteur

© Louis Depuch de Monbreton_Les Géographes _ 1er octobre 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)