Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (102)

nouvelle traduction work in progress


Cela allait si loin que je ressentais parfois le désir enfantin de ne plus jamais rentrer dans le terrier mais de m’installer ici à proximité de l’entrée, de passer ma vie à observer l’entrée, à ne pas la perdre des yeux et de trouver mon bonheur à penser à la sécurité que le terrier pourrait me garantir si j’étais dedans.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 2 août 2015